Sites Eternels

2016. C’est un cliché de considérer la vie comme une suite imprévisible de hasards heureux ou malheureux qui la déterminent bien plus sûrement que notre sacro-sainte « liberté », nos choix soi-disant mûrement réfléchis… Un cliché qui recouvre pourtant le réel mieux que toute autre théorie. La preuve.

Fin mai 2016, j’en suis encore à espérer gagner un bel appel d’offre pour la ville du Havre avec Lucie Moreau / Lux for Films. Elisa Larrière me sollicite de nouveau pour que je donne un coup de main à son compagnon, Jackson Fourgeaud, qui achève sa résidence à la Villa Médicis. J’aime le travail de Jackson et je ne me fais pas prier. Il s’agit de faire un aller/retour à Hyères pour y filmer une machine à faire du son avec de la lumière, dans le cadre enchanteur de la Villa Noailles. Malheureusement, le vol d’une caméra sur le site rendra impossible la captation « live » espérée, et le projet n’aboutira pas, malgré une nuit de prise de vues à deux caméras.

Le lendemain midi, on s’en va déjeuner avec quelques résidents dont un voisin de chambre de Jackson, Sylvain Roca. Je me retrouve en face de Sylvain à table et on commence à discuter. J’apprends qu’il est scénographe et que nous avons un grand nombre de connaissances en commun, sans nous être jamais croisés. Le courant passe, et à la fin Sylvain me dit qu’il est sur un coup qui pourrait m’intéresser, et bien sûr, on s’échange nos coordonnées.

Quelques jours plus tard il m’envoie un message me confirmant qu’il répond à un appel d’offre très particulier pour le Louvre et la RMN, une expo temporaire prévue pour la fin de l’année, autour de sites archéologiques menacés du patrimoine de l’humanité. Et qu’il s’agit de faire des projections grand format dans une des galeries du Grand Palais, à partir de modèles 3D créés par une start-up française, Iconem.

Entretemps j’ai perdu l’appel d’offre du Havre – la liste des échecs de l’année n’a pas fini de s’allonger – et l’avenir commence sérieusement à m’inquiéter. Je n’hésite donc pas une seconde, malgré un planning très chargé. Sylvain m’envoie le cahier des charges qui tient sur une demi-page en mode télégraphique. L’affaire s’annonce à la fois excitante et complexe. Il y a un impératif à mon intégration dans l’équipe : il faut passer un oral… en plein milieu de mes vacances en Corse. On décide que la chose sera possible par Skype. Je rédige une note d’intention et je la défends par oral via mon ordinateur portable posé sur le capot d’une voiture de location, dans une rue pas trop passante de Calvi, car il n’y a aucun réseau dans la montagne où nous avons trouvé un petit coin de paradis.

J’apprends quelques jours plus tard que notre équipe a gagné, l’aventure va donc pouvoir commencer.

Au retour de Corse, un premier rendez-vous chez Iconem est l’occasion de rencontrer celui qui sera le directeur artistique de la 3D, Gaël Labousse. Je comprends assez vite que le contenu se résume à créer des images pour 5 sites : Bamiyan, le Krak des Chevaliers, la Mosquée des Omeyyades de Damas, Khorsabad et Palmyre. Iconem dispose de modèles 3D sous le logiciel Blender de chacun de ces sites, qu’ils vont mettre à ma disposition. A moi d’imaginer un scénario, une mise en page, bref, une mise en scène à partir de ces éléments. Et je comprends assez vite, suite à deux réunions avec les équipes de la RMN et du Louvre, que si les intentions sont claires, il n’y a toujours pas réellement de programme. Il faudra se contenter de la demi-page originelle… Et ça m’ira très bien, car le projet est coordonné par Ariane Orsini de la RMN dont je viens de faire la connaissance, et qui va se révéler d’une efficacité exceptionnelle pour faire marcher ensemble tous les acteurs du projet.

Ma seule inquiétude au fond concerne mon aptitude à maîtriser rapidement les rudiments de Blender, logiciel assez rébarbatif quand on vient du monde Apple. J’ai eu la bonne idée de récupérer une formation de base sur Open Classroom, elle va me servir à m’auto-former, avec quelques tutoriaux en ligne, tandis que Gaël Labousse vient à la rescousse quand je suis bloqué sur une fonction ou un menu introuvable. Je commence donc à travailler des mouvements de caméra à partir des modèles du Krak des Chevaliers. Les premiers essais sont concluants, je découvre que j’adore faire ça, et combiner ces plans avec un travail plus traditionnel de multi-écrans à partir d’images d’archives.

Petit à petit, une sorte de scénario émerge, et la maquette présentée à l’ensemble des équipes en septembre parait convenir à tout le monde. Le travail se poursuit à une allure de plus en plus frénétique car le temps passe vite et la masse d’images à manipuler et calculer, colossale. Gaël a fait le calcul : 260 000 images, 2 200 milliards de pixels. Les ressources de mon iMac risquent d’être vite dépassées, mais à ma grande surprise, la machine tient et accepte de digérer des plans de 8000 x 1200 pixels en restant fluide… J’ai fabriqué une bande-son à partir d’extraits de mes musiciens fétiches dans l’ambiant et le drone : Brian Eno, Stars of the Lid, Kyle Bobby Dunn, Kevin Drumm, Pauline Oliveros, saupoudré l’ensemble de musique traditionnelle soufi de qualité trouvée sur le net, tout en sachant qu’à la fin, ce brouillon servira de modèle à Olivier Lafuma pour créer une partition originale.

Le projet sera aussi l’occasion de travailler pour la première fois avec Youenn Le Guen, en qualité d’assistant maîtrise d’ouvrage, un ancien de chez Studio K dont le nom apparait de plus en plus sur différents appels d’offre. Avec lui aussi le courant passe très bien, et les difficultés administratives du projet se résolvent. Des tournages additionnels sont organisés dans un studio parisien proche du boulevard Voltaire, avec quatre intervenants passionnants évoquants leur relation aux sites présentés dans l’exposition : le chorégraphe syrien Mithkal Alzghair, la franco-irakienne Brigitte Findakly, compagne de Lewis Trondheim, pour leur BD « Coquelicots d’Irak », le réalisateur irakien Abbas Fadel, le photographe et plasticien libanais Akram Zaatari.

Projet de rêve, exposition de rêve, qui se clôt le 9 janvier 2017 après avoir attiré 60 000 visiteurs sur un peu moins de 4 semaines.
Toutes les infos ici (ça vaut le coup d’aller fouiller dans les différents onglets) : grandpalais.fr/fr/evenement/sites-eternels

https://vimeo.com/167723648