Shanghaï PIDF 2010

2008. Jean-Jacques Bravo et Claire Davanture me proposent de participer à l’appel d’offre de la région Ile-de France, associée à la ville et à la Chambre de Commerce de Paris. Il s’agit d’imaginer un pavillon pour l’Exposition Universelle de Shanghaï, dont l’une des nouveautés est l’ouverture d’espaces dédiés aux villes et/ou aux régions du monde qui voudront y faire leur promotion, sur le thème Better City, Better Life. Le principe fédérateur du pavillon, tel qu’exprimé par les commanditaires, étant la Seine, Jean-Jacques imagine de la mettre debout, via un immense écran-ruban de 4m de large et 80m de long, sur lequel serait projeté un flux évoquant l’écoulement du fleuve.

Le programme du pavillon prévoit également la réalisation de cinq clips thématiques qui devront trouver place dans le flux, et un montage d’une dizaine de minutes, intitulé « Modes de vie », qui sera projeté en continu à l’intérieur de la plus grande boucle.

Après plusieurs mois d’études (et de retards), Machine Molle et le graphiste Arnaud Homann décrochent le marché de la fabrication du fleuve virtuel. Le très regretté Denis Brugère (décédé début 2015 à 61 ans) et sa société Moving Stars emportent l’appel d’offre concernant la production exécutive des images, et nous commençons à travailler ensemble.

Comme c’est souvent le cas, nous disposons de très peu de moyens pour tenter de couvrir un programme pléthorique.

Pour « Modes de vie », il s’agit de suivre la promenade d’un couple de jeunes chinois à travers l’Ile-de-France, sans trop tomber dans l’écueil du cliché touristique. Je fais appel à Yucheng Sun, que j’ai rencontré au Cours Florent à l’occasion du projet Corps Etrangers, et à Hang Yin, également issue de l’école. Yucheng et Hang sont un vrai couple dans la vie, et je ne connais pas de meilleure solution pour faire vraiment croire à la complicité amoureuse de deux comédiens. Grâce à Murielle Lacoche, la directrice de production, je fais connaissance avec Sylvain Marquet, qui se charge des prises de vue au steadycam léger.

La musique de St Germain (« Sure thing » sur l’album Tourist) n’est pas diffusée sur le site, mais elle groove bien sous les pas du couple chinois/parisien de l’année.

Pour les clips, c’est la quadrature du cercle. En cinq fois deux minutes, il faut illustrer cinq thèmes extrêmement larges (exprimés par le premier carton) via quelques exemples d’entreprises, de réalisations ou de sites franciliens emblématiques, tout en respectant la charte imposée par le flux à l’intérieur duquel ces clips seront incrustés… Or nous n’avons pas du tout le budget pour réaliser une vingtaine de clips institutionnels. Je propose un parti-pris radical et purement graphique : utiliser la grue Litecam® de Microfilms, que j’ai pu expérimenter sur La moitié du paradis, pour filmer les bâtiments ou les lieux en question avec une fluidité d’inspiration fluviale.

Trois exceptions ne se prêtaient vraiment pas à ce dispositif. Pour l’avant/après de Paris-Plage (Clip#1), et pour le hub de La Défense (Clip#4), j’ai eu recours à des prises de vues photographiques haute-définition en rafale, réalisées par Hydris Mokdahi, suivies d’un zoom numérique dans l’image animée. Pour la Ceinture Verte de l’Ile-de-France (Clip#3), Alexandre Bellacicco chez Moving Stars a réalisé une animation 3D basique à partir de photos satellite et de photos d’image bank.

Le résultat – prévisible – est pour le moins abstrait. Des incrustations en trois langues ont donc été ajoutées pour légender les clips.

Les voici dans leur version brute, avant intégration dans le fleuve.

Et voici le clip#2 « dans son jus », après le travail d’intégration numérique réalisé par Arnaud Homann et Machine Molle.

A voir jusqu’au 31 Octobre à Shanghaï, puis peut-être à découvrir à Paris, si le projet de ré-installation permanente du pavillon est concrétisé.