SFX & Star du futur

C’est l’un des projets les plus excitants sur lesquels j’ai eu l’occasion de travailler. Non pas l’objet final, en lui-même trivial et déceptif (un « promène-couillon », disait-on entre nous, avec un mépris hautain pour les masses se pressant aux guichets du Futuroscope et qui accessoirement, nous permettaient de nous amuser là-dessus).

Il s’agissait de renouveler le contenu du pavillon « Image-Studio », consacré au cinéma et construit à l’occasion du Centenaire, pour lui donner une couleur « futuriste », résolument tournée vers les effets spéciaux. Outre la construction de décors spécifiques (notamment une montagne et un bateau dans la tempête, qui furent confiés à rien moins que Willy Holt), deux moments du parcours nécessitaient de tourner des plans complexes et bourrés d’effets. J’allais pouvoir mettre en pratique, seul maître à bord, les années passées à faire des trucages pour les autres, en profitant des dernières avancées technologiques consécutives à l’irruption du numérique dans le cinéma depuis le début des années 90 (avec notamment « Les visiteurs », l’un des premiers films français contenant ce type d’effets).

C’est Rodolphe Chabrier et sa société Mac Guff Ligne qui furent choisis pour les superviser. Valérie Arson fut chargée de concevoir la maquette de « Solar City », la ville imaginaire dans laquelle j’avais situé une action sommaire pour construire les plans. Il fallait chaque fois les concevoir comme des boucles (c’est souvent le cas dans les programmes de type muséographiques) dans lesquelles les spectateurs devaient pouvoir entrer et sortir à n’importe quel moment.

Le pavillon ouvrit en août 2000, avec un an de retard, suite à des problèmes techniques sur les nacelles (récupérées du défunt Parc Océanique Cousteau du Forum des Halles, l’un des plus gros flops de l’histoire des parcs d’attraction), sans la moindre inauguration ni promotion, alors que tout avait été installé dès juin 1999. La fragile maquette avait souffert des travaux, elle était recouverte de poussière, comme les écrans et le reste. Les visiteurs n’auront jamais vu le résultat tel que nous l’avions finalisé, pristine, comme disent les anglophones.

Cinq ans après, il fallait de nouveau s’y remettre, le Parc du Futuroscope ayant décidé de donner au Pavillon un tour « interactif ». Ce fut plus un dépoussiérage qu’une véritable ré-invention, la plupart des décors restèrent en l’état. Et l’argent manquait.

L’essentiel du travail consistait à créer une fausse bande-annonce dans laquelle les visiteurs seraient inclus, via un procédé de capture et de restitution par incrustation sommaire rappelant le principe des « Etoiles du Rex », la visite guidée du cinéma du même nom sur les Grands Boulevards.

C’est idiot et moche, mais ça plaît au public qui voit son narcissisme ainsi flatté, paraît-il. Ç’eut été amusant à faire si nous avions eu plus de moyens. Patrick Besenval et son fils Jean-Marc s’y collèrent pour le scénario, forcément trivial, et j’eus en charge la conception visuelle de l’affaire. Les trucages furent de nouveau confiés à Mac Guff Ligne, et supervisés par Martial Vallanchon.

Benjamin Guillard, que j’avais déniché lors d’un casting pour des programmes courts (« Videomail » pour Orange), hérita du rôle de Benoît Quignon. Mon fils Timothée fut recruté pour jouer le petit roi de Solar City et prononcer cette phrase immortelle : « Voilà ce que vous cherchez, prenez ce fluide et fuyez, car les Xaros ne tarderont pas. »

Ce fut ma dernière collaboration avec Patrick Besenval, auquel je dois d’avoir pu commencer ma carrière de réalisateur alors que j’étais encore employé chez Arane.

4 réponses à SFX & Star du futur

  1. Valérie Arson dit :

    Salut à toi OOOLIVIER !!!

    Merci encore et toujours de m’avoir confié ce merveilleux décor , à penser ,

    à construire , avec la complicité de mon équipe .

    Bien-à toi , j’espère que tu vas bien .

    Valérie Arson

  2. admin dit :

    Oohh, Valérie ! Que deviens-tu ?
    O

  3. Valérie arson dit :

    ça va OK je travaille à des projets persos et toi ,…

  4. admin dit :

    Tout est ici sur ce site… Je n’avance pas aussi vite que j’aurais pu en rêver, mais j’avance à ma façon. Deux documentaires me donnent en ce moment du fil à retordre, et mes rêves de fiction sont encore hors de portée. Mais rien n’est écrit. Qui sait ? Je t’embrasse, O

Les commentaires sont fermés.